06/10/2016

IL PLEUT SUR ALEP...

Il pleut sur Alep…

Je suis sous les décombres, parmi mes frères maures

Il y a une odeur de charogne sous mes pieds indolores

Je veux me libérer de ce corps, hâte toi donc ma mort…

 

Il pleut sur Alep…

Tu vois mon cœur ! Sous les gravats, j’espère encore

Après un ciel d’orage, une petite éclaircie mon âme,

Pour réchauffer la moelle de cet humain assassiné.

 

Il pleut sur Alep…

Mais au lieu d’une pluie salvatrice,ce sont des bombes,

Ils tombent, tombent encore, Dieu vous ai-je fait du tort ?

Pour subir ce déluge, moi, dont l’offrande est l'inclinaison.

 

Il pleut sur Alep…

Il Poutine et Assad, mais le monde n’est pas en reste

V’là ! Les belles promesses de nos eunuques de l’Onu.

Dans le béton et l’acier nos corps froids se sont soudés.

 

Il pleut sur Alep…

Tout le monde s’en fout, ici, il y a bien plus important

La crise a tout aplanie, le bon et le mauvais sont unis

Pour faire de ce vaste monde, un petit monde aseptisé.

 

Il pleut sur Alep…

Je ne rêve plus mamie ! La dernière vague m’a emporté

Cet un océan qui s’est ouvert sous pieds et tout a vacillé,

Ciel et terre se sont légués pour rien ne nous épargner.

 

Il pleut sur Alep…

Le silence après le bruit, l’écho d’une sale œuvre achevée

Le ciel enfin libéré, laisse une place à la lumière retrouvée

L’existence reprend un semblant de vie jusqu’à demain…

 

Il ne pleut plus sur Alep mon cœur !

Et de nos voies enclavées, les voix remontent à surface,

Ils peinent en route, mais ils sont vivants et le resteront,

Tout a une fin Mamie !

 

 

 

 

 

 

 

 

16/06/2016

HYMNE A L'AMOUR...

 

Quand l’amour fout le camp, la haine se substitue,

Elle survient charger de rancune se mettre à la une.

Elle va jusqu’à se travestir pour se mettre à la page

De la faucheuse et ravir de dernières âmes à sa place.

Elle surgit de nos ténèbres comme un chardon épineux

Rase les murs, la façade, tout est noir dans son sillage,

Et quand elle nous sourit, ce n’est que pour mieux tuer.

 

Elle vient et elle se répand, offrant au vide son carcan,

Au poteau comme au charnier, elle se fait plus discrète,

On oublie sa présence, son essence, fruit de l’inavouable,

Haine de l’autre, haine du monde, de tout étrange excès.

Au pied de biche comme au cul des vaches, elle s’attache

A rendre l’atmosphère explosive en de fortes avalanches

Ruinant au passage les innombrables pousses en germes.

 

Elle n’a ni pitié ni tristesse et pas l’ombre d’un remord,

Au pied de la falaise ou elle pousse son monde en enfer,

Elle joue de son charme comme on joue d’un instrument,

Où la symphonie du destin mue en une oraison funèbre.

On se perdrait à la suivre dans son cortège si macabre,

Si au demeurant, nous tombions sous ses vilaines mains,

Toute joie que nous portons en nous, se verrait se faner.

 

De Damas à Paris et de Bruxelles à Orlando en Floride

Les orchidées que nous semons pâliraient d’une onde,

En laissant aux haschischins les beautés de ce monde.

Rien ne leur ferait plus plaisir, que de nous voir faillir,

Succomber à leur martyr en faisant fleurir la haine.

Merci à la vaillante, téméraire veilleuse qui nous inonde,

De l’esprit des lumières pour que jamais, on ne succombe.