20/06/2016

MON AMI AL...

*  pour soigner, il faut être dans l'empathie au quotidien...

 

Debout, assis, debout, fout le camp,

Laisse moi, tu m’embêtes, arrêtes !

Je prends tout mon monde en otage

Toc-toc, j’ai la mémoire qui flanche,

Ya-t-il quelqu’un dans cette caboche ?

Je traine un soignant dans mon sillage,

Au virage, je bifurque au premier étage,

C’est du solide dans ma tête, pas si bête.

 

Je fais un fricfrac, un vrai braquage,

Dans ma cervelle, tout n’est pas fade,

Faut bien des trous dans la pâte dure,

Pour une fois, laisse moi partir chéri…

On me tient la main, ô que c’est doux!

La paix revient, je me sens bien mieux.

Je te connais, mais j’ai oublié ton nom,

Mon mari, oh non! Tu es fou, va-t’en.

 

Après, je suis épuisée et je perds le nord,

Je me cherche dans le miroir du regard,

Je vois bien que celui-ci me fait du tort…

Je veux fermer mes yeux, mes paupières,

Dormir, avoir la paix, éteindre la lumière.

Alzheimer me fait du tort, tout est mort

Hé zut ! Je n’ai plus la force de me battre

Je dépose les armes, je t’offre mon corps.

 

Au pied de mon lit, fatiguée, je me couche,

Je vois dans la glace le trait qui me hante,

Ce visage me ressemble comme une goutte,

Viens là ! Pose ta tête, fais un petit somme.

Puis, je retrouve le calme, un état de grâce,

Où tout est possible, si je fais main basse

Sur ce qui me dérange, ce vis d’étrangeté,

Ce peu de matière qui fait ma singularité.

 

Allez, il faut que je ferme les yeux, chaton 

Demain, je me lève tôt, tu auras des crêpes.

L’instant après, je ronfle, bonjour Lexomil !

Le soignant fait sa ronde, sourit et ressort

La maison dort, il fait un silence de mort.

Je crois que dans ma tête, il fait de même,

Un rien… Et ma lucidité s’échappe en masse

Du tronc en me laissant démunie, toute vide.

 

Je vais, je viens, le monde est à mes pieds,

Maya rouspète, je m’enfouis, allez ouste!

Une nouvelle stagiaire reprend la relève,

Je me redresse du fauteuil à la verticale,

Pour dire à la gamine, qu’elle est vilaine.

Elle est vexée et je fais le tour des tables.

Je prends ce qui me tombe sous la main,

Les yoghourts et la crème de mon voisin.

 

Tout le monde est sur les nerfs, bien fait!

Je reprends ma marche les yeux hagards,

Le ventre vide crie famine, holà la peste !

Dit le père fouettard qui somnole au bar.

La fille vient à la rescousse, j’ai la frousse,

Je me réfugie dans les bras de l’immigré

Il a l’air gentil, pas bégueule ni trop snob.

Je suis ravie qu’il me guide jusqu’à l’accueil.

 

Je me saisie des fleurs au passage, sacrilège,

Le commis accoure, je balance à bon plaire,

Le couloir est en guerre et moi aux anges.

Il faut faire quelque chose dit l’infirmière,

Le médecin est en «confession» à belle idée.

En prison, je finirai sur un banc au mitard,

Ici, c’est tout un Binz, la mise au placard…

La belle affaire, toute une galère pour ça.

 

Je reprends mon chemin dans la brousse,

Il ne faut pas, que je me prenne une veste.

Je m’accroche au tronc qui se tient sage

Devant moi, diable ! C’est une grande tige.

Elle me rabroue un zeste dans sa langue,

Son peu de vocabulaire est d’un vulgaire,

Je fais la sourde oreille devant la feuille,

Avant de lui asséner mes quatre vérités.

 

Dois-je choisir entre la peste et le cholera,

Ou la vermine qui me tient pour la folle,

Que je ne suis pas, ça va de soi peuchère!…

Pour rien, on me fit une saugrenue guerre,

Un vaste imbroglio de brouillamini nature,

Qui me cloue comme cet autre au crucifix,

Ce n’est pas si rose de vivre son Alzheimer,

Au fils des jours dans ce monde sans amour.

 

07/06/2016

MOURIR A LA MAISON, POURQUOI PAS!

Parfois crainte, de temps en temps espérée, jamais sollicitée sans une raison valable indépendamment de nous et souvent liée à une maladie incurable ou à la vieillesse.

La mort ce train que l’on espère rarement prendre, mais que l’on attend parfois avec des prières dans une chambre transformée en quai de gare, en une aire de fortune, le corps en souffrance, en douleur, tenant par miracle, l’esprit tantôt apaisé, tantôt révolté.

Elle se sollicite en secret, loin des murmures de la vie, loin du flux et des reflux qui nous donnent souvent qu’un supplément d’espoir, quelques mois, quelques jours de plus.

Un espoir limité, hors temps, léger comme un souffle arraché à l’halo venant éclairer de sa lumière cette enveloppe qui sera bientôt et enfin rendue à la terre.

On l’espère légère par moment de lucidité, quand on ne peut plus rien pour soi même et pour les autres, après un travail de longue haleine.

Et quand elle arrive en lieu et à la place de celui que l’on aime par dessus tout, on est content que cela se passe sans tristesse, sans terreur parmi et entouré des siens.

Dans cet instant hors du commun, elle nous rapproche de ceux que l’on a tant et tant aimés avec plaisir et dévotion.

Mourir quelle belle affaire, mais vieillir !... disait Jacques Brel pour conjurer la vieillesse.

Vieillir en bonne santé, dans son logement, parmi les siens, entouré de ses objets, de ses amis, son animal, ce compagnon de route, quand l’autre cet ami de toujours, soleil de votre jeunesse a laissé un grand vide en désertant la place sans crier gare.

Vieillir et mourir hors champs, loin des caméras invisibles, ces yeux habilités à regarder les autres mourir dans la compassion, entre deux sonnettes d’alerte, dans cet Home, que l’on n’a pas souvent choisi et qui se présente comme l’ultime recours factice de son domicile.

Vieillir et mourir dans ses draps, dans son lit, dans sa maison ou son appartement, avec le bruit du voisinage qui nous remet en mémoire les souvenirs enfouis du passé et du présent, qui nous rappelle que la vie est un bien précieux, qui ne dure qu’un temps.

Mourir chez soi quel bonheur, quand cela est possible, quand tout est réuni pour que cela se passe bien.

Mais pour que cela se passe bien, il faut une structure, du personnel formé, des proches, un réseau, une volonté commune pour que cela aille dans la même direction, le même but, permettre aux malades de finir les derniers jours de leur existence chez eux.

Bien sur ça demande de l’argent, des finances, mais sans être comptable de tout, n’est-ce pas plus louable de mourir chez soi entouré de ses proches, qu’ailleurs en terre étrangère, loin des siens.

Je ne suis même pas sûre qu’au niveau comptable, cela coûte plus cher que dans un Home ou une maison de retraite.    

Pourtant, ailleurs, de par le monde, cela se fait, bien des gens malades retournent chez eux, mourir dans leurs habits du dimanche, avec tout autour la famille, les proches et les amis sans avoir plus d’argent ou de bien, que nous avons dans notre société.

Quant à ceux qui doivent partir, mourir, ils partent en paix en ayant vécu cet instant, ce trait d’union entre les vivant et les mourants sereinement. Et lorsqu'ils ferment les yeux, ces grands battants pour cet ultime voyage qui nous attend tous indépendamment de nos cultures et nos croyances, c'est avec une sérénité palpable et le coeur léger.

Il n’y a pas besoin de déprécier ou de vanter la mort à l’hôpital ou en Home, il s’agit de pouvoir choisir, de ne pas renoncer à mourir dignement chez soi, si cela est possible.

Et si je devais comme un chacun à l’instant du départ choisir le lieu de cette finalité, je choisirai sans aucune hésitation mon chez moi, auprès des miens, parmi mes objets, mes souvenirs, le fruit de ma singularité.

 

22/04/2016

NOTRE BELLE HYPOCRISIE OCCIDENTALE

image.jpegNous fomentons des guerres dans leur pays, nous destabilisons leur région, nous les poussons à l’exode et nous les exposons à notre vindicte et à celle de leur père dictateur, que nous avons sciemment installer au pouvoir pour mieux les gérer, les contrôler et lorsque image.jpgcelui-ci dérape, nous tourne le dos comme toujours, nous envoyons nos sbires, nos bombardiers faire le ménage.

Et alors que le conflit n'a pas encore trouver une fin, nous mettons nos pièces sur l’échiquier pour un futur image.jpegproche, en finançant leur futur martyre, leur mort annoncée et leur amertume envers nos sociétés.

Nous dévastons leur terre, leur ville, leur maison, nous les poussons au désespoir et nous, nous étonnons, qu’ils viennent à nous, quémandant une aide par milliers vers nos belles démocraties vertueuses, qui les ont tant et tant fait rêver. Certes, nous donnons des leçons au monde entier, alors, que nous sommes dépourvus d’humanité.

Nous profitons de leur désarroi, de leur misère pour installer nos bases de profit, en exploitant les gisements de leur pays et quand nous avons tout extirper des entrailles de leur terre, nous leur laissons des trous béant, des cicatrices visibles que du ciel.

Nous leur créons des besoins inutiles, des rêves et nous leur fourguons nos vestiges, nos vieilleries, nos polluants ustensiles, nos ex-machina.

Et quand ça ne suffit pas, nous leur donnons des leçons de culture: Messieurs, tout cela est vieillot, voyez nos machines, nos ferments, nos graines, elles sont plus résistantes aux maladies, aux insectes, aux parasites. Nous leur vendons nos petites graines transgéniques, qui ne peuvent acheter que chez nous, ça va de soi, tel est le prix à payer.

Nous leur créons des besoins, des dettes pour mieux les domestiquer. La domestication se fait en douce, par dose homéopathique, Et nous les dopons à coup de millions pour en récupérer des milliards.

Nous allons même leur donner des leçons de savoir vivre, sur leur choix vestimentaire, leur culture, leur mœurs, nous savons ce qui est bon et mauvais pour eux.  

Nous leur donnons que peu de choix, puisque nous savons par nature ce qu’il leur faut, ce qui bien, ce qui est mauvais pour leur santé, leur spiritualité, leur économie. Nous leur prônons la liberté tout en distillant dans leur esprit ce néo libéralisme institué, ce néo colonialisme invisible aux bras tentaculaires, qui ne laisse rien au hasard.

Nous les affamons à perte et profit, nous spéculons sur les denrées, sur leur garde-manger afin d’asseoir notre pouvoir et leur dépendance.         Nous en faisons des êtres addictif de nos modes de vie et de nos besoins inutiles, en leur vendant du vent.

Alors, quand ils finissent par ingurgiter nos restes, nos déchets, nous les mettons à l'amande en élevant des barrières, des grillages à nos frontières. Nous installons des frontières uniquement à leur intention, nous les laissons pourrir dans les camps, nous les laissons mourir en mer, nous les Moise charlatans et trompeurs, insensibles à l’exode d'un peuple.

Nous les renvoyions vers la misère et une mort certaine, pire encore, nous payons pour que d’autres fassent ce boulot dégueulasse à notre place.

Et nous, nous vantons d’être des humains, des démocrates, les gens empreint de liberté et de justice. Nous mettons des masques pour ne pas respirer les odeurs nauséabondes de nos pesticides pratiques, nos divers optimisation fiscale, ces Panama-Papers, qui ruinent leur économie.

Nous construisons des tours de Babel pour nous protéger de nos semblables et nous les laissons mourir en bas de nos tours, dans nos abimes ténèbres.

Ils meurent par milliers sur les routes de l’exil, dans la mer emportés par l’espoir d’une vie meilleure et nous leur fermons nos portes au nez.

Et nous oublions du coup, l’organe qui palpite sous nos poitrines, ce muscle qui nous tient en vie et qui devrait de par sa nature nous rendre plus humain, plus proche, plus solidaire de cet autre qui nous ressemble, cet autre (hôte) qui vient à nous comme un frère viendrait au devant de son autre frère. Allons-nous garder le silence, nous taire devant la mort annoncée de nos Abel frères.