01/02/2016

28 Février au soir!!!

 

Il paraitrait, qu’ils sont de trop

Il faut donner un coup de balai

Renvoyer les basanés, étrangers

La Suisse à son lot de contingent

Il y en a assez d’être indulgent.

Mais en Ems, ils sont légions

Des noirs au secours des vieux

Mais ça on n’en parle moins,

Ça ne fait pas joli sur le carton.

 

Un délit un carton, mais au rouge

Mon pote, tu prends ton baluchon.

Tu repars dans ton pays, Secondos

Même si tu n’as jamais mis les pieds.

Là bas, tu seras aussi étranger qu’ici,

Sans aucun membre de ta famille.

Alors, tu reprendras la route, la mer

Pour grossir demain le lot des réfugiés.

Ici, la belle ligne dure a ses barbouzes,

Ils sont légions et pas que des figurants.

 

Au petit commerce, on fait son marché,

De sa terrasse, le tribun fait son baratin.

Petit étranger prend ton mal en patience,

Le père fouettard finira bien par se fatiguer.

Et comme on dit à Genève, fils fait toi petit !

Ce n’est pas encore aujourd’hui, que l’égalité

Sera au menu sur la carte de nos petits élus.

Demain, je ne serai pas de cette lie, qui vote

Pour que l’on reconduit un frère à la frontière.

 

Au pays de Dunant, sous le manteau tout se négocie,

Bien des privilèges contre un baril de pétrole d’Arabie,

Un monarque est toujours le bienvenu, c’est connu,

Un misérable, un va-nu-pieds, ce n’est pas permis.

Demain, au premier faux pas, combien seront expulsés,

Et combien de charters de retour finiront sur le tarmac?

Bien des femmes et des hommes se sont levés jadis

Pour que l’on accueille nos frères humains en périls.

 

tout est puéril, tout est fichu, rien n'est encore écrit

chaque fois, il faut se convaincre , allez au combat

afin, que de tout temps, l'être soit traité humainement.

Et ce n'est pas cet esprit qui prévaut en la matière, ici

pour faire de lui, cet autre, cet étranger un vrai ami.

au delà de nos différents, de ce tout qui nous sépare,

De cette matrice qui se rétrécie, sèchement s'assèche 

pour n'accoucher plus que de venin et d'une haine,

et je m'en excuse auprès des vaillantes sentinelles

De douter que cet appendice rehausse l'image de la Suisse.

 

 

 

29/11/2015

LA PSYCHOSE HIVERNALE !!!

La psychose tient en haleine nos villes, nos journaux et nos esprits, elle tend sa toile jusque sur nos paliers. Il neige sur le jura, de ma fenêtre la montagne me paraît encore plus belle dans son manteau blanc, j’entrevois déjà mes petits enfants qui impatientent en se réjouissant d’avance des futures glissades en les pentes enneigées.

La paix avant l’orage me siffle à l’oreille mon voisin de palier, un napolitain à la retraite. Il se sent tout comme moi à l’étroit entre la télé de la voisine qui beugle toute la journée en déversant sa soupe froide et la Julie qu’il feuillète avec une nervosité toute particulière à la recherche de quelques fraiches émotions automnales.

  • Tout le monde se sent en danger me dit-il, nous sommes envahis par le bruit des attentats de paris et la guerre qui se dessine.

Je Poutine aussitôt pour ne pas nourrir son inquiétude. Il fait une moue de la bouche et rentre chez lui déçu de ma prestation de voisinage. J’évite de me lancer dans des explications sur les événement de peur d’être mal compris, mal interprété, jugé : dorénavant dès qu’un musulman parle de l’islam, même que modestement pour se dédouaner ou apporter une pierre à l’édifice de la compréhension, de l’explication intellectuelle, il est taxé d’islamiste fanatique, de menteur, de suppôt de Satan.

La Belgique après la France et maintenant la Tunisie sont tour à tour en état d’urgence, la sécurité avant tout, pour ramener le calme, la sérénité, un semblant de vie.

Tout ce tintamarre sur la sécurité n’empêche pas le regard de mon voisin de virer couleur kaki, quelques, check point se dressent à la verticale et assombrissent ce visage si rieur d’ordinaire.

Et il ne manque plus qu’un climat délétère pour faire de ce futur et féerique mois de décembre un cauchemar.

Une vague hivernale s’abat sur le petit monde à l’abri des intempéries de la planète, calfeutré dans sa bulle à tout épreuve, il se met à douter de sa propre force de persuasion, de sa neutralité.

Il était loin de se douter de ce scénario de nature explosive. « Alerte à la bombe à Lancy, panique générale, tram évacué et route barrée ». Le petit pays se sent mal, il est prêt lui aussi à réduire les libertés individuelles, ce pilier autour duquel s’articulent les droits fondamentaux du citoyen. La démocratie se sent en danger, à son tour, elle vacille sous les coups de butoir d’un ennemi intérieur invisible. Il paraît que même l’arrière pays se sent en danger, la vague déferlante de la psychose se fait méandre. Il y a comme un air de guerre qui plane dans le ciel.

Il est de notoriété publique que la guerre entretient la bourse. Elle ne s’est jamais aussi bien portée depuis les attentats. Les sociétés cotées se sont très bien comportées dit le monde de la finance, malgré ce temps propice au repli et la désinhibition.

La bourse est la seule entité qui n’a pas été atteinte par la frilosité du moment. Et les marchands d’armes se frottent les mains comme jamais.

- Tous ensemble contre la barbarie hurle dame, une verte anti-centrale nucléaire. : Il y a une marche qui se prépare sur le climat du côté de la gare, place des XXII cantons dit-elle depuis son antiquité une deux-chevaux.

- Ouf ! Je respire, je me sens déjà mieux, Genève reprend son train-train quotidien.

Je peux sans danger prendre mon Bircher du matin, prendre le tram où je pourrai vaquer à mes affaires sans sentir ce regard accusateur dans mon dos, ce mal de vivre qui nous terrasse si souvent.

Au loin, les monarques du monde s’organisent pour la riposte, ils n’ont qu’un mot à la bouche la Guerre et encore la guerre.

Daech l’enfant maudit de George W. Bush se moque bien de la guerre, il a eu le temps de faire ses préparatifs, il a été à bonne école.

Et Je sens à la mine défaite du président Hollande que la guerre fait et fera dorénavant partie de notre paysage médiatique, de notre quotidien.

Je crois que je vais mettre ma télé à la cave, au repos, la pause hivernale se précise.

- Est ce que la guerre ! Comme dirait ce cher Charles Péguy va nous précipiter dans les méandres du tout sécuritaire où l’arbitraire ne serait pas exclu où la sécurité primerait sur le droit et les libertés, jusqu’à faire de nous tous, des soldats sans notre consentement.

22/07/2014

A NOTRE DAME DES PÂQUIS

* "un peu d'humour dans cette actualité morose".

 

Dans la nuit chaude-pastel

Je fais la belle dans la ruelle.

Il y a du monde au portillon,

Mais pas assez de canon.

Il faut garder la tête froide

Et faire le deuil des yeux.

Je vois un qui rapplique,

Avec un grand corps vénal

Je sens que ça va faire mal.

C’est la ritournelle du désir,

Si tu veux, je te fais plaisir,

On monte à la loge-violon

Que je parcoure à tâtons.

Il sort son wistiti du bocal

Ça m’la coupe, j’ai un râle

Le gorille n’a rien, que dalle.

Il ne faut pas toujours croire,

Que la vie d’une pute est banale.

Pas le temps de faire de la philo,

Une bonne, bonne douche froide

Et me voilà bonne pour le service,

Le client est roi et votre servante

Est sa bonne.

Je me dis parfois quand j’imagine

Une autre vie hors de la turbine,

Dans un monde souple et parfait

Loin des tracas et des combines

Qu’à votre seigneurie, il en plaise

Ainsi qu’à Marie d’entre les belles,

Sous d’autres cieux plus cléments

On me dresserait bien des chapelles.