08/10/2013

LE BEST OF...

Après le temps de l’épouillage, du biffage, voilà le temps des mariages, des alliances forcées, des fiançailles arrangées avant le 10 novembre 2013.  

Ceux qui se sont fait blackbouler retournent à leur quotidien. Les uns avec le cœur amer, d’autres avec soulagement. 

Demain, c’est déjà aujourd’hui.. Et il va falloir repasser par les urnes, un vrai casse-tête chinois en perceptif.  J'hésite!  L’abstention me trotte déjà dans la tête. je crains une sacrée biture.  

Je laisse donc, mes anciens camarades d’ensemble à gauche faire les comptes, à défaut de faire un choix. Pour information, ça se passe ce soir.  Je n’y serai pas, je n’aime pas les prêches d’un soir. on verra assez tôt la ligne qui se  dessine.                                                                 Gouvernance ? Opposition ? J'attends de voir ce que ces vendanges donneront comme cuvée.

04/10/2013

LE VOTE EST UNE OCCASION UNIQUE...

Le vote est un droit démocratique, c’est l’occasion d’exprimer son opinion, de donner son avis, d’avoir l’opportunité  d’élire  au suffrage un parti,  des femmes  et des hommes  pour vous représenter.  Les élections  sont là pour vous permettre  de faire un choix  politique à travers la représentation politique du canton, des candidates et candidats, de faire ou défaire, de rajeunir ou même encenser  une assemblée, un conseil  en votre âme et conscience.  Le 06 octobre 2013, vous allez remettre les clés de la république à des femmes, à des hommes pour vous représenter durant 4 ans. Faites votre choix, mais voter. La souveraineté vous appartient, ne laissez pas d'autres l'exercer à votre place.

01/10/2013

JOURNEE DES PERSONNES AGEES...

2741674171.jpgEst-ce une journée comme une autre?  Et bien oui!  Je déteste ces journées de sacralisation à l'autel de l'hypocrisie. il n'y a pas une journée, mais des journées  durant toute la vie consacrés à lutter contre les inégalités. je déteste cette forme de COM. on parle de la journée de la femme, des femmes: Alors, qu'elles sont toujours et encore battues, humiliées, voilées, entravées, méprisées à travers le monde et à genève même. Mais peut-être que nous l'ignorons par hypocrisie ou neutralité consensuelle, à bon plaire pour les exclure encore du paysage à cause d'une burqa ou d'un tchador imposé par les hommes. Et que dire de la journée de l'enfant: une enfance martyrisée, violentée, exploitée et trainée jusqu'au champ d'horreur pour satisfaire pour la cupidité des chefs de guerre. que dire encore de la journée de la paix: comme ce prix Nobel du même nom, de l'ancien fabricant d'explosifs, alors que ceux qui le reçoivent ne rêvent que de faire la guerre à leurs voisins politiquement, économiquement et militairement pour certains,tout en fermant les frontières et en repoussant toujours plus loin la misère de leurs fenêtres. Et puis, il y a la journée des vieux, j'aime ce mot singulier" le vieux" un mot qui claque plein de densité, de réalisme, de vérité, de vie, de vécu. Il signifie pour moi la paix, la grande, la sagesse, le repos simple avant l'éternel, le temps qui s'écoule lentement, doucettement au rythme du corps, du coeur. La lenteur, le calme après la tempête, le stress et la course de la vie. C'est le temps du repos, le temps de se répandre en amour, en douceur, en sourires et rires.  La journée de la personne âgée: une journée particulière pour nous les vertueux du système de l'exclusion, nous qui aimons tant l'esprit du ghetto, du propre en ordre. Mais cette journée ne signifie rien pour ceux qui sont dans les EMS, dans un lit d'Hôpital entre la vie et la mort. C'est une journée comme une autre, une journée ou l'on mettra les petits plats dans les grands comme à Noël sans la bûche et les marrons. Il y aura un peu de musique et on aura certainement droit au discours du directeur de l'Home en personne. j'aimerai tant que cette soit une journée pour la méditation pour les autorités de ce canton. j'aimerai qu'ils se penchent un peu sur ce qu'il adviendra d'eux et de nous tôt ou tard. qu'ils en prennent de la graines et qu'ils se souviennent du temps ou ils pratiquaient les coupes budgétaires.  C'est  une  de ces journées, que je vis à mon corps défendant, depuis quelques années dans les EMS, sans qu'un rayon de soleil éclaire le visage d'une mémé, d'un pépé exilé en terre de vieillesse. Encore une journée de bienséance, que l'on oubliera le lendemain. Encore une journée de fête sans la célébration comme celle du 1er Août. Une journée sans les feux, sans le rituel et les confettis. J'aimerai pour une fois, que cette journée et uniquement celle-ci serve à quelque-chose. Et j'invite nos politiques et candidats aux élections du 6 octobre 2013 a se pencher encore un peu plus que d'ordinaire sur les vrais besoins de nos vieux. Eux et moi qui voyons chaque jour, le temps des rides poindre à l'horizon, nous aimerions à l'avenir des petits structures et non des bâtiments au grand hall ou il faut attendre que la mort vienne enfin répondre à nos prières . Une structure communautaire, pas besoin de château fort, de citadelle austère et sans vie qui ressemble à une prison, mais une petite structure  avec deux ou trois soignants pas plus et un médecin de famille. Une structure au coeur de la cité, pas loin de la vie et de ses bruits, avec une petite cuisine fonctionnelle, un salon à la mesure de nos membres et assez grand pour se tenir au chaud. Une structure avec une chambre pour chacun. une chambre où nous pourrions mettre nos souvenirs, nos photos au mur et recevoir nos enfants, nos petits enfants et qui sait peut-être y vivre nos derniers jours.