04/09/2014

UN JOUR LA PAIX

Entre offense et pardon la haine demeure Salomon,

Ce semblant d'injustice coupe les jambes à la raison.

Entre vos guerres et notre pardon qui tarde à venir,

Verra-t-on  un état d'Israël et une Palestine libre?

 

Verra-t-on Elie retenir dans sa main la main d'Ali,

Sur la grande esplanade deux frères boire le thé?

Verra-t-on nos maisons s'ouvrirent à l'ami,

Venu nous rendre visite de Judée, de Samarie ?

 

Verra-t-on le frère marcher dans les pas de son frère,

Dans le grand désert renaître la belle terre promise?

Verra-t-on les enfants jouer à autre chose qu'à la guerre 

Et la paix régnée enfin sur les armes soumises...