26/07/2014

COHEN ET MOI

 

Elle s’appelle Cohen et moi Mohand

Elle vivait à Champel et moi carouge,

Toute rencontre n’était que fortuite

Et pourtant…

Elle sortait du théâtre et moi du bar

Elle se hâtait pour prendre son tram

Et moi bien sûr, je regardais les étoiles,

Et pourtant…

Le choc fut fatal, je vous passe le détail,

Je pris les bastions, elle prit le portail,

Tout cela aurait été banal et sans mal,

Et pourtant…

Elle se prit d’un fou rire et moi également

Je l’invite au bar pour détendre l’atmosphère,

Please ! Un thé chaud et un pastis por favor !

Et si…

Le garçon était espagnol et la serveuse anglaise,

Casanova se fit rebelle et moi simple mortel

Bras dessus, bras dessous au bras de la belle

Je fis une entrée bancale…

Depuis on se voit tous les soirs après le théâtre

Je l’accompagne comme son ombre jusqu’au bar,

On refait le monde jusque tard, tard dans la nuit

Puis nous rentrons, elle à champel et moi à carouge

Si, Si !...

Je vous rassure.

Bien sûr, elle vient de Marseille et moi de Nanterre,

Nous avons mis tous nos différents dans un cercueil

Nous prêchons pour deux états sur une même terre,

 Avec des frontières sures et plus l’ombre d’un mur.

00:05 Écrit par Mkenzi | Lien permanent | Commentaires (3) |  Imprimer |  Facebook | | |

Commentaires

Joliii!

Écrit par : Venus | 26/07/2014

C'est très beau : une pointe de romantisme dans ce monde de violence !

Merci à vous de nous offrir un magnifique sourire alors que la pluie reprend de plus belle (samedi 16h46)

Écrit par : Marie | 26/07/2014

Juste beau

Écrit par : Esther BERMEJO | 26/07/2014

Les commentaires sont fermés.